En lumière

Communiqué de l’Organe d’Administration à propos du L- Festival

publié le 8 novembre 2022

Brussels Women Munch L-Tour Pullet Rocks English-speaking Gay Organization for Women Activ’elles

L-Festival : entre désinformation et réalité, un gouffre abyssal

Ces dernières semaines, plusieurs voix se sont levées, notamment, par le biais des réseaux sociaux, pour marquer un mécontentement au sujet d’une hypothétique décision de la RainbowHouse Brussels au sujet du L-Festival. Le propos, en substance, serait que l’Organe d’Administration, instance stratégique et de gestion de la RainbowHouse, aurait décidé de mettre un terme au festival. A l’ère de la désinformation où la démarche de fact-checking n’est jamais autant appelée et rappelée, force est de constater que cette dernière peine à se muer en reflexe.

Non : ce n’est pas la fin du L-Festival. La RainbowHouse Brussels n’a, d’ailleurs, jamais annoncé cette information, ni sa volonté de voir l’événement disparaître. Pourtant, depuis quelques semaines, l’accusation de vouloir en finir avec cet événement phare de la vie socio-culturelle lesbienne en Belgique francophone, sur fond de mise en concurrence des lettres de l’acronyme, se partage et s’impose fautivement dans l’imaginaire collectif des habitué.e.s et intéressé.e.s de l’événement. Une désinformation et une division malheureusement et comme d’habitude, colportée sans mal faute de fact-checking, tandis que ni aux dernières Assemblées Générales, ni en séance de l’Organe d’Administration, ni même dans aucun groupe de travail, cette orientation n’ait été soutenue ou confirmée par nous.

Il va de soi que la structure n’entend pas laisser sur le carreau le public d’un événement comme le L festival, vieux de 10 ans (et héritier des L-day et L-Week), qui a d’abord été porté par des groupes de militant.e.s et bénévoles de la RainbowHouse et répond aux besoins et souhaits de toute une communauté qui manque de visibilité et de moyen. Ceci n’a jamais été notre propos.

Quel fut-il, alors ?

Notre propos, notamment soutenu à l’Assemblée Générale du 10 septembre, en marge de la présentation de l’ébauche de plan stratégique 2023-2025, fut que la RainbowHouse se trouve à un tournant de son histoire, dans un milieu socio-culturel LGBTQIA+ bien plus développé qu’il y a 10 ou 20 ans (comptant plus de collectifs, de bars et d’associations, ce dont nous nous réjouissons, dans notre position de base militante active des causes LGBTQIA+ en région Bruxelloise). Mais aussi, que le tissu associatif est, en revanche et quant à lui, plus fragilisé des suites des nombreuses crises connues (sanitaire, énergétique, de l’inflation, etc.) et en besoin d’un support fort à de nombreux niveaux. Que le métier, au niveau administratif, notamment, des associations, s’est complexifié et que notre mission première, au-delà du combat militant et du lobby politique, est celle de soutenir et de faire collaborer l’associatif LGBTQIA+ en-deçà et parfois, au-delà des frontières régionales, en leur ouvrant, notamment, des opportunités financières par la recherche et l’accompagnement dans le déblocage de moyens, en facilitant leur logistique, leur gestion et en offrant aux associations les plus précaires, l’opportunités de « s’assoir sur l’épaule d’un géant ». Pour réussir cela et permettre à la RainbowHouse Brussels de devenir une alliée plus forte de ses associations (ce qui permettra donc à ces dernières de créer plus d’activités, pour plus de communautés, étant libérées de plus de contraintes, mais aussi, potentiellement, de créer plus d’emplois), impossible de continuer dans la configuration actuelle de répartition des activités : la RainbowHouse doit se focaliser sur son activité de fédération, qu’aujourd’hui, elle n’opérationnalise pas assez bien. Raison pour laquelle, elle doit transmettre à d’autres associations et collectifs bruxellois le festif qu’elle a souvent assumé, car, à l’époque, pas ou trop peu d’opérateurs étai[en]t en mesurer de l’assurer, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui.

Est-ce que ceci signifie la fin du L-Festival ? Non. Car à la même Assemblée Générale, a été annoncé que nous, RainbowHouse Brussels, chercherions une association ou un collectif d’associations repreneur.euse et assurerions, bien sûr, un accompagnement « clé en main » dans la réalisation du projet pour la première édition, une transmission de tous les items y liés (permettant la répétition de la structure de festival et ne pas avoir à réinventer la roue) et en garantissant que les subsides ordinairement débloqués pour le L-Festival seraient simplement basculés sur la structure repreneuse afin de démarrer sans aucun défaut de moyen. Le tout, pour que ladite (ou lesdites) association(s) puisse(nt) sereinement reprendre le flambeau, assurant la poursuite du festival, sans casse et permettant à la RainbowHouse de pouvoir, elle aussi, sereinement se focaliser sur les associations qu’elle a vocation à servir. Ceci a toujours été notre décision.

Et tout ceci a été transformé en : « La RainbowHouse veut la fin du L-Festival et laisse tomber les lesbiennes ».

Mal du moment qui touche autant nos communautés que d’autres, la désinformation est une manipulation de l’information qui vise à polariser l’opinion publique, à faire progresser certains intérêts (privés ou non), à promouvoir des discours parfois haineux et, en fin de compte, à diviser les groupes et à les fragiliser. A l’ère de l’immédiateté et de la casse facile, toutes les sources sérieuses n’auront de cesse de faire la même recommandation : pour démêler le vrai du faux, vérifiez les données, vérifiez les faits, vérifiez vos sources et leurs intérêts.

Aujourd’hui, il est plus qu’important de rassembler nos énergies, tandis que les luttes sont encore nombreuses et que le contexte devient toujours plus difficile : choisissons de gagner ensemble plutôt que de perdre divisé.e.s !

Toujours au côté des associations LGBTQIA+ et des communautés pour lesquelles elles luttent.

L’Organe d’Administration de la RainbowHouse

PS : « To be continued » doesnt mean « That’s all falk » . A suivre ne veut pas dire c’est fini !