En lumière

Color is not a shame!

publié le 18 octobre 2017

Why Me Omnya Merhaba Network of European LGBTIQ* Families Associations

Appel à manifester en solidarité avec la communauté LGBT+ égyptienne

Le 22 septembre 2017, un drapeau arc-en-ciel a été brandi lors d’un concert de Mahrou’ Leila au Caire. Les autorités égyptiennes ont profité de cet “incident” pour lancer la pire campagne de répression à destination du public LGBT+ qu’a connue le pays, depuis les événements du Queen Boat en 2001, qui avait donné lieu à 52 arrestations. On estime que ces quatres dernières années plus de 250 personnes ont été arrêtées et traduites devant la justice égyptienne en raison de leur orientation sexuelle réelle ou supposée.

Deux personnes ayant brandi le drapeau arc-en-ciel ont en effet été arrêtées par les forces de sécurité ainsi que d’autres personnes étrangères à “l’incident” pour l’unique raison de leur orientation sexuelle supposée. Les arrestations ont eu lieu dans différents quartier de la capitale, ainsi qu’à Ismaïlia, Damietta et Sharm Sheikh. Certain.e.s autres ont été localisé.e.s et piégé.e.s par le biais d’applications de rencontre. C’est au total et à notre connaissance au moins 65 présumé.e.s homosexuel.le.s qui sont aujourd’hui incarcéré.e.s, risquant jusqu’à 15 ans de prison pour “pratique de la débauche”, “incitation à la débauche” et “promotion de la déviance sexuelle”.

Les autorités ont par ailleurs effectué au moins cinq examens anaux, sans le consentement des détenus, ce qui est contraire à l’interdiction absolue par le Droit international de torture et/ou toute forme de traitement cruel, inhumain ou dégradant .

Le Conseil suprême des médias égyptiens a également publié un communiqué interdisant à les médias de faire preuve de soutien, de solidarité ou de sympathie envers les personnes LGBT+ du pays, tout en invitant à sensibiliser la population à s’opposer aux “pratiques de la débauche habituelle”, que “les personnes LGBT+ ne font pas partie ni de la culture, ni de la tradition, ni de la société égyptienne” et que “ce phénomène LGBT+ doit prendre fin”.  

Toute personne privée de liberté en raison de son orientation sexuelle ou de son identité de genre réelle ou supposée et un.e prisonnier.e d’opinion. Nous réclamons la libération immédiate et sans condition de toutes les personnes détenues pour ce motif, que les arrestations cessent et que l’Union Européenne conditionne ses accords avec l’Egypte au regard de cette situation intolérable en termes de Droits Humains.

Nous vous appelons à manifester, le jeudi 19 octobre 2017, à 12h30, devant le Parlement Européen, Place du Luxembourg. Des manifestations similaires auront lieu concomitamment à Rome, Berlin, Paris et New York, entre autre, afin de montrer que le monde se lève comme une seule personne contre cette barbarie d’un autre temps. Seuls les symboles proposé par les organisateurs seront acceptés. Des masques blancs seront à disposition pour les personnes désireuses de garder l’anonymat.

Les ami.e.s et les allié.e.s de la communauté LGBT en Egypte